Amour propre ou exigence ?

67287460_360352778195984_3799476319427756032_n

Quand j’étais plus jeune, lorsque j’avais 15 ans, j’avais la sale sensation de ne pas être assez bien. L’impression de ne pas être faite pour me mélanger aux autres. Comment à 15 ans, est-ce possible de ressentir cela me diriez-vous ?

Dans mes plus anciens souvenirs, je n’ai jamais eu des tas d’ami.es. Je n’ai jamais été la fille très entourée et insouciante de qui pouvait bien entrer et sortir de sa vie. A l’époque, je le vivais mal. Je voyais toutes ces personnes grouiller autour de moi, toutes ces relations se créer et se lasser. Ça ne me faisait pas rêver … et pourtant je crois que, je les enviait. J’enviais la facilité, j’enviais la normalité, j’enviais l’ego, j’enviais, beaucoup.

Aujourd’hui j’ai 25 ans (l’écrire m’impressionne), et je ne me suis jamais sentie aussi bien qu’à ce jour. Pourtant, je n’ai toujours pas de tas d’ami.es. Il me semble que je peux compter mes amitiés sur l’une de mes seules mains. Qu’est-ce qui a changé en 10 ans ?

Amour-propre. Ma dignité, mon ego et mon respect. Toutes ces choses que je me dois et que je me suis longtemps vu piétiner. J’ai souillé, j’ai détesté, j’ai craché, j’ai haï ma propre personne, jusqu’à en vomir. Puis, un jour, il y a eu cette violence de trop, cette personne qui m’a volé un pan de moi-même pour le briser en éclat. Cette personne qui a voulu m’abattre et me faire croire que je ne me devais rien, que je n’étais rien. Alors que j’étais tout.

Après avoir réalisé et surtout réussi à sortir de cet enfer, j’ai appris à m’aimer (work in progress). J’ai compris que personne ne le ferait à ma place et que je ne devais permettre à quiconque de pouvoir m’atteindre. Devons-nous vraiment accepter dans nos vies des gens qui ne sont pas prêts à nous respecter ? Nous, nos valeurs, nos principes, nos corps, nos envies et nos désirs ?

ExigenceJe n’accepte pas le manque de loyauté, de confiance, d’honnêteté et de respect. Et je pense que ça ne date pas d’hier, il suffit de me lire. Souvenez-vous, je regardais d’un mauvais œil toutes ces amitiés qui se faisaient pour se défaire peu de temps après. Étrange l’idée de se donner, de se confier, de se partager à quelqu’un que l’on ne connaît pas réellement.

Oui, j’exige des gens qu’ils soient honnêtes et aient le même comportement que je pourrais avoir envers eux. J’exige qu’on ne me prenne pas de haut, que l’on me traite avec bienveillance et dans le respect de ma personne. J’ai enfin compris que cela était une force, que certes, cela m’empêchait d’avoir des tas d’ami.es. Mais il vaut mieux être entourée de personne sincère qu’éphémère.


Il me semble, peut-être que je me trompe, mais que beaucoup de personne ne réponde pas à ces fondements de toute relation saine et surtout qui puisse apporter du positif dans nos vies. Pourquoi s’attarder sur cette personne qui nous rabaisse ? Pourquoi donner de l’énergie à celle qui ne répond pas à nos messages ? Pourquoi accepter qu’une personne crache sur nos valeurs ? Pourquoi garder près de soi celle qui ne nous élève pas vers le haut ?

Faire preuve de distance avec certaines personnes souhaitant entrer dans nos vies, ne nous empêche pas de tendre la main et de croire profondément en l’humain. Il faut simplement savoir poser ses propres limites, et même si pour certain.es, je peux avoir l’air inaccessible, c’est simplement par pur instinct de protection.