Déshumanité

Je fais un travail qui me sort de mes sentiers battus. Un travail qui reste collé à ma peau. Un travail qui s’accroche à ma personne, même après avoir posé mon sac dans le salon.

Me caresser la peau sous la douche à vouloir retirer la sueur d’une journée bien trop épuisante. Malgré tout, j’ai toujours certains regards, certains pleurs, certaines demandes qui s’agrippent à moi. La misère humaine comme seule collègue, celle avec qui je dois m’agencer, m’acclimater, m’habituer. Aucune discussion possible avec cette grande dame. Elle est là, elle est grande et elle s’arrange pour s’endormir auprès des plus démunis. Je fais un travail où je dois répondre à des urgences vitales, colmater des situations inévitables. Ici bas on passe notre temps à recoudre des corps et des âmes silencieuses. Muettes car cette société préfère ignorer ou cracher son venin. Sur l’humain, plutôt qu’aider son prochain. Ils savent brandir leurs grands livres quand ils le veulent. Avec rage, parfois je voudrais souffler. Prendre une pause, mais les vies défilent et ici c’est toujours morose.

2 commentaires sur “Déshumanité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s